Colorants et additifs alimentaire

Home » Actualité » Colorants et additifs alimentaire
colorant alimentaire
Colorants et additifs alimentaire
5 (100%) 7 votes

colorants et additifs

Voici une liste non-exhaustive de quelques Colorants et additifs pas très très amicaux avec notre organisme :

e102 : Colorants et additifs alimentaire

La tartrazine est un composé azoïque. C’est une poudre orange très soluble dans l’eau.

  Colorant jaune utilisé entre autre dans l’alimentation pour colorer:

Les chips,les corn flakes et muesli, les soupes iofilisées, les pickles, les beurres, les margarines, les crèmes glacées, les yaourts, les moutardes, en remplacement du safran, etc…
Les effets secondaires potentiels : Hyperactivité,asthme,urticaire, rhinites, troubles de la vue, insomnies, pourrait être cancérigène, avec effets mutagènes et tératogènes.
Risque d’allergie chez les personnes qui sont intolérantes aux salicylates (aspirine, baies, fruits).
En association avec les benzoates (E210-E215), la tartrazine serait impliquée dans un grand pourcentage de cas du syndrome d’hyperactivité chez les enfants. Les asthmatiques peuvent éprouver des symptômes après consommation de tartrazine. Risque possible pendant la grossesse d’effets néfastes pour l’enfant. Possibilité d’effets irréversibles.
Ce colorant est interdit en Tunisie, Autriche, Finlande et Norvège.
Les fabricants alimentaires continuent à utiliser la tartrazine plutôt que le bétâ-carotène à cause de son cout trop élevé.

E102 – E104 – E110 – E122 – E124 – E129 doit mentionner sur l’emballage la phrase suivante :
Peut causer des troubles de l’attention et du comportement chez les enfants.

colorant et additifs

e107 ou jaune 2 G : Colorants et additifs alimentaire

colorant alimentaire jaune interdit en Europe et aux Etats-Unis. Cette substance est hautement allergisante, avec une sensibilité croisée avec l’aspirine,
Il peut provoquer une hyperactivité infantile et des éruptions cutanées.

e110 : Colorants et additifs alimentaire

Le jaune orangé S peut être responsable d’allergies diverses provoquant des troubles gastriques, diarrhées,vomissements,
urticaire et gonflement de la peau, œdème de Quincke.
Ce colorant peut avoir des effets indésirables causant des troubles de l’attention et du comportement chez les jeunes enfants.

e122: Colorants et additifs alimentaire

L’azorubine ou carmoisine est un colorant alimentaire rouge.
Il peut entraîner un cancer, de l’urticaire, des œdèmes notamment chez les asthmatiques et les personnes sensibles à l’aspirine.
Il est interdit en Autriche, aux États-Unis, au Canada, en Norvège et en Suède.

e123: Colorants et additifs alimentaire

L’Amarante est un colorant azoïque anionique pourpre utilisé en cosmétique et comme colorant alimentaire.

e124: Colorants et additifs alimentaire

Ce colorant alimentaire est considéré comme cancérigène et est interdit aux États-Unis (depuis 1977), en Norvège et en Suède.
Peut avoir des effets indésirables et peut causer des troubles de l’attention et du comportement chez les enfants.

e127: colorants et additifs alimentaire

Il est utilisé aussi pour colorer les aliments , pour teinter les préparations microscopiques et médicaments.
Peut causer des difficultés d’apprentissage (syndrome d’hyperactivité), et de la sensibilité à la lumière.
Risque d’allergiques, notamment asthme, urticaire, prurit.
À forte doses : hyperthyroïdie possible, modifications cancéreuses de la thyroïde.
L’érythrosine pure est nocive par ingestion. Les effets aigus par ingestion chez l’animal sont une grave intoxication : dépression
du système nerveux central (diminution des réflexes et de l’activité motrice), troubles respiratoires, diarrhée.
Effets chroniques : sensibilisation de la peau.

e128 : Colorants et additifs alimentaire

Bien qu’interdit dans l’U.E., il reste autorisé comme colorant pour cosmétiques, où il peut être renommé CI 18050.
Abondamment métabolisé en aniline dans l’organisme, de fait considéré cancérigène, possiblement génotoxique. Il est interdit dans
l’Union Européenne depuis 2007, depuis longtemps interdit aux Etats-Unis, également interdit en Australie et au Canada

Les colorants azoïques dont E128 fait partie sont liés à de l’hyperactivité chez l’enfant
(l’hyperactivité se manifeste aussi par des déficits de l’attention, de la sociabilité et des résultats scolaires), l’effet peut être exacerbé
avec des conservateurs type benzoates.

e129: Colorants et additifs alimentaire

Ce colorant peut former des résidus  potentiellement cancérigènes. Il peut causer des troubles de l’attention et du comportement
comme l’hyperactivité chez les jeunes enfants. Le rouge Allura AC est un colorant artificiel azoïque rouge foncé, issu de la pétrochimie .
autorisée sous forme de laque d’aluminium, elle est bon marché, facile à produire et à incorporer dans l’ alimentation, les pharmaceutiques, les cosmétiques, les textiles).

En Europe, tout les aliments comportant un additif  E 102, E 104, E 110, E 122, E124, E129  doivent mentionner sur l’emballage que ces colorants
sont susceptibles de causer des troubles de l’attention et du comportement chez les enfants.

 

colorants

e131 Bleu patenté: Colorants et additifs alimentaire

Il est un composé chimique bleu foncé. Il est utilisé en agroalimentaire comme colorant (numéro E131).
En Europe, ce colorant peut être employé seul ou en combinaison dans les denrées alimentaires, son niveau autorisé dépend de l’application.
Son utilisation est interdite en Australie, au Canada, aux États-Unis et en Norvège, parce qu’il est responsable d’allergies, urticaire, rares cas de choc anaphylactique.

Il existe sous 2 formes de sel, le sel de sodium et de calcium. Le sel de potassium est également autorisé.
Il est utilisé comme colorant dans les bonbons schtroumpf, car en sac, dragibus de la marque Haribo.

e132 Indigotine: Colorants et additifs alimentaire

A l’origine, le carmin d’indigo est un colorant naturel extrait de l’indigotier. de nos jours il est fabriqué par synthèse.

e133 Bleu brillant: Colorants et additifs alimentaire

Le colorant bleu, utilisé sur des rats, a détruit les ressources énergétiques des cellules du corps.

Ce colorant peut aussi contenir de l’aluminium sans que ce soit indiqué sur l’étiquette.
On soupçonne ce métal d’aggraver les maladies de démence comme la maladie d’Alzheimer et celle de Parkinson.
Le bleu brillant  est utilisé  pour la fabrication de boissons et de confiseries, et surtout dans pâtisserie, les viennoiseries et les biscuits.
Il est aussi autorisé dans la dénomination de produits de charcuterie.
Combiné avec de la tartrazine (e102) ou avec d’autres colorants jaunes, on obtient des nuances de vert.

e142 Vert brillant: Colorants et additifs alimentaire

Il est aussi appelé Vert Lissamine. Colorant alimentaire (Vert) de synthèse.
En association avec les benzoates (e210-e215), le Vert brillant serait impliqué dans un grand pourcentage de cas du syndrome d’hyperactivité chez les enfants.

e151 noir brillant: Colorants et additifs alimentaire

Peut être utilisé dans diverses denrées alimentaires, notamment des boissons gazeuses, des produits de boulangerie et des desserts.
Les scientifiques confirment la dose journalière acceptable (DJA) de 5 milligrammes par kilogramme de poids corporel, établie par le Comité scientifique de l’alimentation humaine en 1984.
Dans sa lettre  de mars 2010, le Centre Technique des Métiers de la Pâtisserie avait mené une enquête sur les colorants utilisés en pâtisserie artisanale, notamment pour colorer les coques de macarons.

colorant macarrons

e154-e155 Brun: Colorants et additifs alimentaire

Ce colorant est un mélange de colorants pétrochimiques.
L’autorité européenne a reconnu en 2011 l’insuffisance des données toxicologiques, en reconnaissant dans le même temps son abandon commercial.
Il est rapporté comme potentiellement ou certainement cancérigène.
E155 est également soupçonné d’amplifier ou de provoquer de l’hyperactivité chez l’enfant.
L’association avec des conservateurs type benzoates peut l’exacerber.

Rarement, des symptômes d’allergie : urticaire, asthme, autres symptômes de peaux et des muqueuses et de voies respiratoires.
les intolérants aux salicylates ou à la tartrazine peuvent être exposés.

Toxique multiple : potentiel neurotoxique en association avec l’aluminium (peut être commercialisé sous forme de laque d’aluminium).
dépôts dans les organes, dans les reins, symptômes gastro-intestinaux, résidus de production abondants non ou mal identifiés.
Risque d’allergie chez les personnes qui sont intolérantes aux salicylates (aspirine, baies, fruits).
Les asthmatiques peuvent éprouver des symptômes après consommation de ce colorant Brun .

Dans sa lettre  de mars 2010, le Centre Technique des Métiers de la Pâtisserie avait mené une enquête sur les colorants utilisés en pâtisserie artisanale, notamment pour colorer les coques de macarons. D’après cette enquête il ressort que le e155 (marron chocolat) n’est pas utilisé par les professionnels, ceux-ci préférant naturellement utiliser de la poudre de cacao à la place.

Le brun e154 est utilisé par 10% des pâtissiers consultés alors qu’il est interdit à la consommation.

E173 Aluminium: Colorants et additifs alimentaire

L’aluminium est aujourd’hui considéré comme un neurotoxique. Il interviendrait notamment dans le déclenchement de la maladie d’Alzheimer.
Au vu des nouvelles études, il est prudent d’éviter d’ingérer ce métal.
Si les emballages et casseroles en aluminiun  présentent assez peu de danger pour un usage occasionnel, il peut y avoir danger pour un usage quotidien, surtout avec des aliments acides : choux, épinards, sodas.
La toxicologie de l’aluminium fut l’objet de nombreuses études à la suite des intoxications sous dialyse rénale.
On sait que ce métal se concentre dans les cellules des reins, du foie, du cœur, du cerveau, des parathyroïdes,  des os et de la moelle osseuse. Dans les intoxications, ce sont surtout les troubles du système nerveux qui prédominent (encéphalopathies).
On observe aussi des atteintes du foie, des décalcification osseuse, du cœur et des anémies.
L’aluminium est d’autre part suspecté comme une des causes de la maladie d’Alzheimer ou démence présénile.
De nombreux indices donnent à penser que l’aluminium en tant qu’œstrogène métallique aurait de l’influence sur l’activité des hormones sexuelles féminines et porterait ainsi entre autre atteinte à la faculté de reproduction.
Ce colorant serait également allergisant .
L’exposition régulière à l’aluminium en milieu professionnel (production d’aluminium) est classée comme agent cancérigène pour l’homme.

e174 Argent: Colorants et additifs alimentaire

L’Argent est utilisé dans sa forme élémentaire dans l’industrie agroalimentaire.
Son utilisation est uniquement pour l’aspect du produit une fois terminé, il n’est utilisé que pour la coloration .
Cet additif est utilisé dans les produits destinés pour la décoration des gâteaux et des bonbons uniquement. Il donne  la couleur, sans  changer le goût.
A doses élevées ou à consommation régulière, il peut entraîner une coloration bleu-gris de la peau ou des yeux  mais  ne représente pas de dangers potentiels pour la santé.
Par contre, la nano-argent qui est une forme nano-particulaire de l’argent représente un danger pour la santé.
En effet, cet élément est difficilement assimilable par l’organisme. Il attaque particulièrement les reins.
Dans d’autres cas, l’utilisation de cet additif alimentaire présente des risques de libération d’ions d’argent, ce qui peut être assez déconcertant.
L’élimination de l’aluminium ingéré se fait par la filtration rénale.

argent colorant

e175 Or: Colorants et additifs alimentaire

Colorant utilisé en pâtisserie pour orner et décorer, considéré comme comestible cet additif est très souvent utilisé dans
les grands restaurant de luxe, l’Inde est le plus gros consommateur de ce colorant dans l’alimentation.

e180 Rubis: Colorants et additifs alimentaire

Il est parfois utilisé comme additif alimentaire, uniquement dans la croûte des fromages,  où il est considérée comme sans danger aux doses recommandées.

e210: Acide benzoïque: Colorants et additifs alimentaire

Conservateur chimique bien plus toxique que les sources naturelles contenues dans certains végétaux. Additif dérivé du benzène.
Risques d’ hyperactivité, asthme, irritations des yeux, urticaire, troubles digestifs, problème de croissance, insomnies, de troubles du comportement,  le benzène affecte le sang et a des liens avec la leucémie chez l’animal comme chez l’homme. Potentiellement cancérigène ! des recherches ont été réclamées pour savoir si cet additif provoque des effets secondaires néfastes sur les organes reproducteurs et les embryons.
Présent dans les boissons sucrées et confitures.

e214: Colorants et additifs alimentaire

Conservateur chimique dérivé du E210.
Risques: hyperactivité, asthme, allergies, urticaire, insomnies, effets anesthésiants et vasodilatateurs, crampes.
Les parabènes sont largement utilisés dans les produits cosmétiques, les viandes, les gelées utilisées en charcuterie, les bonbons.
Ces conservateurs sont suspectés être des perturbateurs endocriniens (système hormonal), voire des produits cancérogènes.
Ils sont utilisés en cosmétique mais aussi dans l’alimentation, notamment dans des viandes transformées, charcuteries, pâtés en gelée,  pâtes à tarte, biscuits apéritifs et certaines confiseries.

e220-e228 Sulfites: Colorants et additifs alimentaire

Les sulfites peuvent être responsables de réactions pseudo allergiques et provoquer des manifestations en général peu sévères comme des éternuements, un écoulement nasal, des démangeaisons, de l’urticaire,  crise d’asthme. peut provoquer des réactions cutanées locales, comme l’ eczéma, irritation des yeux et des muqueuses. Les personnes allergiques à l’aspirine et présentant le Syndrome de Vidal peuvent présenter des manifestations plus graves.

La déclaration de la présence de sulfites dans les aliments et les boissons est obligatoire lorsque leur concentration atteint 10mg/litre.

 

Boissons contenant des sulfites

Les sulfites sont présents dans presque tous les vins.
Vin blanc, vin rouge, vin rosé et champagne contiennent presque tous des sulfites à des concentrations variables.
Bière et cidre peuvent également en contenir.

Aliments contenant des sulfites:
Fines herbes.
Cornichons, ketchup, moutarde.
Confiture.
Fruits : conserve, confits, séchés, jus, salades, sirop…
Légumes : en conserve, congelés, séchés.
Céréales.
Charcuteries.
Poissons et crustacés.
Pommes de terre sous toutes ses formes.
Biscuits, pains, gâteaux..
Vinaigre, vinaigrettes.
Sauces.
Soupes…

Exemples d’aliments ou de boissons contenant des sulfites étiquetés sous la forme E220 à E228:

E220 : Viande de hamburger, bières, cidres et poirés, confiserie, confitures, fruits confits, gelées, abricots secs, …
E221 : Blanchiment des filets de morue salée.
E222 :Vins, cidres, bières, hydromels.
E228 : Hamburgers, pommes de terre déshydratées, fruits secs, confiseries, bière, vin.
Les sulfites sont des composés chimiques provenant du souffre. Les sulfites sont des anti-oxydants utilisés
comme conservateurs dans de nombreux aliments comme les poissons, crustacés, fruits secs,
moutarde ainsi que dans des boissons en particulier les vins blancs et champagne, ainsi que les bières et alcools.
Les conservateurs sont des additifs alimentaires permettant de prolonger la durée de conservation des aliments.
Les sulfites sont autorisés dans certains aliments et en quantité maximale limitée. Les sulfites sont retrouvés également dans certains médicaments.
Noms sur les étiquettes

Les sulfites sont obligatoirement mentionnés sur les étiquettes grâce à leurs différents numéros :

E220, E221, E222, E223, E224, E225, E226, E227, E228.

Les sulfites sont encore dénommés :

Acide sulfureux(E220), Sulfite de sodium (E221), Sulfite acide de sodium (E222), sulfite de sodium (E223),
sulfite de potassium (E224), Sulfite de calcium(E25), Sulfite acide de calcium(E226),
Sulfite acide de calcium (E227) et Sulfite acide de potassium(E228).

La déclaration de la présence de sulfites dans les aliments et les boissons est obligatoire lorsque leur concentration atteint 10mg/litre.

sulfite colorant

e230-e232-e233: Colorants et additifs alimentaire

Diphényle ou Biphényle. Conservateur de synthèse dérivé de goudrons de houille.
Risques: allergies, nausées et vomissements, irritation des yeux.
Utilisé comme traitement de surface des agrumes. Très tenace sur la peaux de ceux-ci, il convient de laver tout agrume traité avec le e230 avant de le peler.
Il est préférable de se laver les mains avant d’en consommer la chair.
Interdit en Australie et en France.

agrumes colorant

e231 Orthophénylphénol : Colorants et additifs alimentaire

Risques: provoque cancer et des problèmes rénaux sur les animaux de laboratoire .
Interdit en Australie, aux USA, en France.

e235 Natamycine: Colorants et additifs alimentaire

Risques: nausées, vomissements, anorexie, réactions cutanées et diarrhées.
Utilisé comme antibiotique en médecine, pour traiter certains fromages, saucisses et saucissons.

e236-e237-e238: Acide formique,  formate de sodium et  formate de calcium:

Conservateur chimique.
Risques: serait cancérigène et toxique pour les reins, dangereux.
Utilisé dans le fromage « Provolone ».
interdit en France ???.

e239  Hexaméthylènetètramine: Colorants et additifs alimentaire

Conservateur de synthèse dérivé d’amoniaque et de formaldéhyde.
Risques: urticaire, troubles gastrique, problèmes urinaire, pourrait être cancérigène, à provoqué des mutations génétiques sur des animaux de laboratoire
Utilisé dans les fromages et le caviar, en cosmétique, utilisé également comme médicament pour désinfecter.

e240 Acide borique: Colorants et additifs alimentaire

Risques: asthme, destruction des globules rouges, cancer.
Utilisé principalement dans le caviar.
Serait interdit en France.

e249-e252 Nitrates & nitrites: Colorants et additifs alimentaire

e249: Nitrite de potassium. Conservateur chimique.
Risques: essoufflements, vertiges, maux de tête, chez les nourrissons les nitrites peuvent provoquer la mort par asphyxie car ils empêchent les globules rouges de transporter l’oxygène. Serait cancérigène.
Très répandu dans les charcuteries, les salaisons, le foie gras et le bacon.

e250 Nitrite de sodium: Colorants et additifs alimentaire

Conservateur chimique-minéral, serait combiné avec du chlorure e sodium, se transformant donc dans l’estomac en  nitrosamine.

Risques: hyperactivité, asthme, insomnies, nausées, vertiges, baisse de tension, cancer.
Utilisé seulement pour viandes et charcuteries portant la mention AB, donc bio (étonnant, non ?).

e251 Nitrate de sodium: Colorants et additifs alimentaire

Conservateur chimique dangereux. Utilisé dans les charcuteries, viandes, fromages et poissons.

e252 Nitrate de potassium: Colorants et additifs alimentaire

Conservateur chimique, pouvant être dérivé de carcasses d’animaux ou de déchets de végétaux.
Risques: hyperactivité, cancer.
Utilisé dans les viandes, les charcuteries, les fromages, les poissons, aussi dans les poudres des balles pour armes à feu et les explosifs.

e320 Buthylhydroxyanisol, e321 Buthylhydroxytholuène: Colorants et additifs alimentaire

Potentiellement cancérigènes, ces substances sont des antioxydants utilisés pour améliorer la conservation des produits.
Leur présence a été détectée dans de nombreux plats transformés, notamment riches en matières grasses, et dans des chewing-gums. Peut provoquer des réactions cutanées locales : eczéma, une irritation des yeux et des muqueuses.

e536 ferrocyanure de potassium: Colorants et additifs alimentaire

L’industrie agro-alimentaire raffine le sel pour mieux le conserver. Un certain nombre d’additifs y est ajouté, dont le  e536 qui nous empoisonne à petit feu et qui est particulièrement toxique quand il est chauffé. On le trouve dans tous les sels de table, les industriels l’utilisent comme anti-agglomérant, pour que les grains de sel se détachent parfaitement.

Ce composé de synthèse est stable à température ambiante, mais s’il est chauffé ou mis en milieu acide, il se décompose, en Cyanure d’hydrogène très toxique.

Cet additif est présent dans le sel de table raffiné et ses produits de remplacement.
A ne surtout pas utiliser pour la cuisson.
Peut réduire le transport d’oxygène dans le sang, ce qui peut provoquer des difficultés respiratoires, des étourdissements ou des maux de tête.
Il peut donc être responsable d’un certain nombre de migraines, fatigues et autres troubles physiologiques.

Interdit dans la fabrication biologique.

e620-e625 Glutamate: Colorants et additifs alimentaire

C’est un sel de l’acide glutamique (E620),  mono-potassique (E622),  de calcium (E623), d’ammonium (E624),  de magnésium (E625)
Le glutamate fait partie des additifs les plus contestés. Tandis que les partisans sont persuadés du caractère complètement inoffensif de cet additif, même en grande quantité, d’autres scientifiques voient par contre de graves risques, surtout pour le cerveau, où le glutamate compte parmi les médiateurs chimiques les plus importants.

En concentrations excessives, le glutamate déclenche un processus dit d’excitotoxicité, très nocifs pour les neurones, il existe des doutes sur les effets à long terme.

On le soupçonne depuis longtemps de jouer un rôle dans le développement de maladies neurodégénératives provoquant la destruction des cellules nerveuses, comme par exemple la maladie d’Alzheimer, de Parkinson, de Huntington, de la sclérose en plaques ou de la sclérose latérale amyotrophique.

Dérégulateur hormonal de la faim : Il est également soupçonné d’avoir une influence sur le cerveau en ce qui concerne la régulation de
la faim et de la satiété. Des expériences ont montré que des animaux nourris au GMS avaient une préférence pour les hydrocarbonates, les aliments riches en protéines et en sucres, conduisant ainsi à une obésité de laquelle un retour est très difficile.

Les excitotoxines telles que les glutamates peuvent accélérer la progression d’un cancer et des métastases cancéreuses.

Les effets peuvent être d’autant plus nombreux et variés qu’en dehors du cerveau, il y a de nombreux récepteurs de glutamate dans des organes et des tissus. Le système nerveux entier du cœur en contient beaucoup. Les poumons, les ovaires, tout le système reproductif, même le sperme, les glandes surrénales, de même que les os et même le pancréas sont tous contrôlés par des récepteurs de glutamate.
Ils agissent et opèrent comme les récepteurs de glutamate du cerveau.

Les produits qui en contiennent le plus :

les chips,
les soupes en sachets
les bâtonnets de crabes
certaines charcuteries
presque tous les bouillons en cubes
certains mélanges d’épices
de très nombreux plats préparés
des centaines de desserts, bonbons et autres gourmandises pour enfant,
les produits minceur
de nombreuses préparations au soja
etc….

colorant janue

e627-e629 Guanylate: Colorants et additifs alimentaire

exhausteur de goût qui remplace aussi le sel.
Stimule l’appétit. Une fois métabolisé dans notre organisme il se transforme en acide urique qui se dépose dans les tissus. Présent dans de nombreux aliments.
Risques : crise de goutte, hyperactivité, asthme, réactions cutanées, insomnies, allergies et irritations des muqueuses.

e629: Colorants et additifs alimentaire

L’acide guanylique et les guanylates servent d’exhausteurs, par exemple dans les plats préparés. Ils sont utilisés parce que les ingrédients perdent sensiblement du goût pendant la production industrielle, par exemple quand on sèche les légumes. Les soupes en sachets, les sauces en poudre, les sauces préparées et le ketchup au curry, ainsi que les chips,  et les autres produits à grignoter seraient également dotés de bien moins de saveur sans ces additifs. Pour l’obtention d’un goût plus intensifié, les guanylates sont souvent combinés avec les glutamates. Le guanylate dipotassique est souvent aussi vendu comme substitut de sel de cuisine.
L’utilisation d’acide guanylique est limitée à un maximum de 500 milligrammes par kilogramme d’aliment. Cependant, dans les aromes, il n’y a pas de restriction de quantité.

e630-635 Inosinate: Colorants et additifs alimentaire

Il est utilisé en synergie avec un autre exhausteur de goût, le glutamate monosodique (E621, le sel sodique de l’acide glutamique).
Rapporté en majorité sans risque connu.

e950 Acésulfame K: Colorants et additifs alimentaire

Il a été découvert par hasard en 1967, en Allemagne par le chimiste allemand Karl Clauss. Acésulfame K est un édulcorant à faible teneur en calories, qui peut être souvent rencontré avec Aspartame. Il est approuvé par la FDA en 1988 comme un substitut de sucre et a été autorisé pour la consommation dans différents aliments, les boissons en poudre instantanée, les gommes à mâcher, etc Ses noms commerciaux sont Sunette and Sweet One. Selon un scientifique H. Roberts , l’ acésulfame induit des tumeurs du poumon, des glandes mammaires, des formations rares , par exemple dans le thymus, ainsi que la leucémie. Les études menées avec acétoacétamide, produit de dégradation de l’ acésulfame, montrent qu’il provoque le développement rapide des tumeurs bénignes dans les glandes thyroïdes de rats.

Les études montrent que ce supplément provoque le cancer chez les animaux, ce qui signifie qu’il peut augmenter la probabilité d’une maladie.

Acésulfame est 200 fois plus sucré que le sucre. Comme la saccharine, le cyclamate et l’aspartame est pas absorbé par le corps et est rapidement mis en évidence à partir de l’organisme. Il est largement utilisé dans la production de boissons gazeuses, ainsi que mélangé avec de l’aspartame.

Avantages: Longue durée de conservation, ne provoque pas de réactions allergiques et il est pas calorique.

Inconvénients: Contient de l’ éther de méthyle qui dégrade le fonctionnement du système cardio-vasculaire, ainsi que l’ acide aspartique qui peut également causer des effets actifs sur notre système nerveux.

e951 Aspartame: Colorants et additifs alimentaire

50% de phénylalanine :

La phénylalanine est surtout un acide aminé essentiel qui entre dans la constitution des protéines (nécessaires aux muscles et aux os).
Dans l’organisme, il peut se transformer en un autre acide aminé, la tyrosine. L’homme ne peut pas fabriquer de phénylalanine, c’est donc un composant essentiel de notre alimentation quotidienne, sans lequel notre corps ne pourrait pas fonctionner.
Il a cependant été démontré que l’ingestion d’aspartame, particulièrement avec des hydrates de carbones, peut provoquer des niveaux excessifs de phénylalanine,et peuvent amener une décroissance du niveau de sérotonine dans le cerveau, conduisant à des désordres émotionnels telle que la dépression. Il a été démontré au cours de tests sur l’homme que les niveaux de phénylalanine dans le sang étaient accrus de façon significative chez les sujets humains ayant utilisé chroniquement l’aspartame.

Le Dr Louis J. Elsas a démontré à l’occasion du Congrès américain
qu’une haute teneur en phénylalanine dans le sang pouvait se concentrer dans des parties du cerveau et est particulièrement dangereuse pour les nourrissons et les embryons.

40% d’acide aspartique :

L’acide aspartique fait partie de la classe des excitotoxines.
L’excitotoxicité est un processus pathologique d’altération et de destruction neuronale ou neurotoxicité, par hyper activation par l’acide glutamique.
L’espèce humaine est cinq fois plus sensible à cet acide que les rats et vingt fois plus sensible que les singes.
Cet acide est neurotoxique : il s’accumule dans l’organisme et affecte progressivement le cerveau mais aussi notre système reproductif.
A fortes doses, cet acide provoquerait des crises d’angoisse, de l’hyperactivité ainsi que des obsessions.
L’acide aspartique de l’aspartame possède les mêmes effets nocifs sur le corps que l’acide glutamique.

10% de méthanol (issu de l’alcool de bois) :

Un poison mortel graduellement libéré par l’intestin grêle à partir d’une température de 30 degrés,
la température normale du corps humain est de 37.2°C. Ce méthanol, une fois arrivé dans le foie, est converti en formaldéhyde qui est hautement
neurotoxique et cancérigène. Les symptômes d’un empoisonnement au méthanol se manifestent en général par des troubles de la vue, des maux de tête,
des bourdonnements d’oreille, des troubles gastro-intestinaux, des faiblesses, vertiges, frissons, des trous de mémoire, des troubles du comportement et des névrites.

Effets de l’aspartame recensés par la FDA suite à des plaintes de consommateurs :

Sur-pondération : l’aspartame, par son goût sucré, stimule l’envie de sucre.
Hyper-sexualité : cela n’a cependant jamais été prouvé scientifiquement
Alopécie ou calvitie. Faim et soif excessives. Œdèmes aux lèvres  ou caries. Étourdissements et vertiges. Tremblements. Migraines et violents maux de têtes . Pertes de mémoire.
Difficulté d’élocution, confusion. Difficulté de concentration. Engourdissements ou fourmillements dans les extrémités. Fatigue chronique. Dépression : particulièrement si la personne est sous antidépresseurs, l’aspartame interagit avec ces derniers et accentue donc la dépression. Insomnie. . Irritabilité. Impotence. Hypertension artérielle. Nausées et vomissements. Saignements de nez
Diarrhée. Réactions cutanées plus ou moins graves : démangeaisons, urticaire, rougeurs.

Troubles du comportement ou de la personnalité :

TOC (troubles obsessionnels compulsifs), soudaines crises d’agressivité, paranoïa, schizophrénie, crises de démence, hyperactivité phobies, agoraphobie, angoisses, accès de panique. Si l’aspartame peut être un facteur déclenchant, il n’a cependant jamais été établi qu’il pouvait constituer à lui seul, l’élément déclencheur de ce type de comportement.
Douleurs diverses : douleurs intercostales, abdominales, articulaires, à la poitrine, en avalant, crampes
Problèmes respiratoires ou cardiaques : hyperventilation, tachycardie, asthme, crises d’épilepsie ou d’apoplexie et convulsions, mais aussi : difficulté de contrôle du taux de sucre dans le sang (hypoglycémie ou hyperglycémie), anorexie (particulièrement chez les jeunes), ostéoporose , infections ou douleurs urinaires, dérèglement hormonal : flux plus abondant que la normale ou cycle menstruel plus fréquent ou  l’inverse, ballonnements, œdèmes, baisse et troubles de la vue.

Aggravation des symptômes dans les maladies suivantes :

fibromyalgie, arthrite, sclérose en plaques, maladie de Parkinson, lupus, diabète et complications diabétiques, épilepsie, mais encore : maladie d’Alzheimer, lymphome, malformations congénitales, maladie de Lyme (normalement causée par un minuscule parasite), syndrome de fatigue chronique. Quelques unes des nombreuses maladies chroniques dont il a été démontré qu’elles sont causées par une exposition à long terme au dommage des excitotoxines comprennent : la sclérose en plaques, ALS, perte de mémoire, problème hormonaux, perte d’audition, crises d’épilepsie, maladie d’Alzheimer, maladie de Parkinson, hypoglycémie, démence du Sida, lésions du cerveau et désordres neuro-endocrinologique.

On attribuerait même le fameux Syndrome de la Guerre du Golfe à la consommation par les G.I. américains de Coke Diète et Diète Pepsi
entreposés pendant des semaines aux fortes chaleurs du désert saoudien.

L’aspartame n’est pas forcément clairement indiqué sur les emballages, il faut être vigilent. il peut être mentionné de plusieurs façons :
e951, aspartam ou aspartame, phénylalanine.

colorant aspartam

e954 Saccharine: Colorants et additifs alimentaire

Ces édulcorants sont utilisés pour accentuer le goût sucré des aliments sans pour autant ajouter de calories au produit.
L’aspartame ou E951, est l’édulcorant de synthèse le plus connu sur le marché.

————————————————————————————————————————————————————————————————————————————–

Sources : British médical journal. Wikipédia. Livre : « les additifs alimentaires, ce que cachent les étiquettes ». Chemical bookinc. European food safety authenty(efsa).

www.efsa.europa.eu/fr/efsajournal/pub/1327

Afssaps « liste des excipients à effet notoire mars 2009

http://www.holisticmed.com

 

DÉCHARGE : Les fiches des additifs sont fournies à titre informatif et sous réserve que ni l’exactitude,
ni l’exhaustivité des sources sélectionnées n’est garantie, ni même, en ce qui concerne la synthèse qui en est faite,
l’absence totale d’erreur ou d’omission.


Comments are closed

avril 2018
L M M J V S D
« Juin    
 1
2345678
9101112131415
16171819202122
23242526272829
30  

Livre d'or

  • Virginie / 20 février 2018:
    J'ai connu derma center pour un maquillage permanent des sourcils. J'ai été plus que ravie du résultat, et ravie d'avoir fait la connaissance d'une professionnelle... »
  • marlène / 10 février 2018:
    Doriane a su répondre exactement à mes attentes pour un tatouage semi permanent des sourcils naturel !! Sa précision et la qualité de son travail... »